Education artistique en milieu scolaire

Les fonctions de chacun

Les interventions artistiques en milieu scolaire s'intègrent au projet pédagogique de la classe. Elles contribuent à créer une dynamique de classe, et à développer les facultés d'expressions des élèves, ainsi que leur créativité.

 

Interviennent sur cette scène : les élèves, le professeur de la classe, le musicien intervenant. Quelles sont les fonctions des ces trois "personnages"?

 

Les élèves chantent et, éventuellement, jouent, ils présentent de la façon la plus autonome ce qu'ils réalisent.

Le professeur de la classe dirige, il élabore le projet pédagogique dans lequel intervient l'éducation artistique.

Le musicien intervenant accompagne et soutient, il apporte ses compétences pour réaliser le projet défini par le professeur de la classe, et pour donner aux enfants les outils nécessaires au développement de leur créativité;  il fait travailler la voix,  les rythmes, les ensembles...

 

Si le professeur de la classe est aussi musicien, cela signifie-t-il qu'un musicien intervenant est inutile? Au contraire, l'objectif étant de développer les capacités d'expression et la créativité des enfants, le dialogue entre deux musiciens est la situation optimale pour parvenir à réaliser cet objectif. 

 

Concert scolaire Auvers-Chassillé-Epineu-Longnes, juin 2014

Concert scolaire, juin 2014. Présentation des objectifs des interventions musique dans les écoles primaires

 

Un concert des élèves de l'école primaire de Loué terminait en beauté le travail des différentes classes, en réunissant autour des enfants chanteurs et instrumentistes, les professeurs de l'école primaire et les musiciens intervenants.
Persuadés que l'éducation artistique développe chez les enfants les capacités d'expressions, la créativité et l'intégration, les élus de la communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen ont choisi de privilégier l'initiation musicale en milieu scolaire. Sur l'ensemble du territoire de la communauté, ainsi que sur la commune de Conlie, toutes les classes de toutes les écoles primaires qui le demandent, du CP au CM2 ont une pratique régulière de la musique, en chantant, ou en jouant des instruments. Des musiciens intervenants font travailler chaque classe une fois par semaine, à raison de 30mn en CP et 45mn du CE au CM. Le travail des musiciens intervenants s'inscrit dans le projet pédagogique de la classe, défini par le professeur. Le musicien apporte des outils pédagogiques et une technique musicale, il travaille sous la direction du professeur, avec sa classe.
Compte tenu de la situation musicale locale : présence sur notre secteur de plusieurs harmonies et batteries fanfares, manque de vocation dans les cuivres, l'établissement d'enseignement artistique de la LBN a choisi de centrer les apports instrumentaux en milieu scolaire aux percussions et aux cuivres. Le fond du travail effectué avec les classes consiste dans le chant, leur présentation en lien avec un thème historique ou culturel abordé durant l'année, les arrangements autour des chants, en partie réalisés par les enfants avec des percussions, trombones, trompettes... en attendant de s'équiper en barytons pour assoir le pupitre des basses. 
À noter : si la proposition est faite, depuis plus de cinq années, à toutes les écoles de la communauté de communes, en fin d'année scolaire, pour la rentrée suivante cela fait deux années consécutive que toutes les écoles ont effectivement demandé à intégrer aux projets pédagogiques de leur classe, une initiation musicale. Ce qui fait que nous formons désormais à la pratique musicale la totalité des enfants du secteur. Cinq musiciens intervenants, titulaires du DUMI, effectuent sur le territoire de la LBN 37h hebdomadaires de cours d'éducation musicale en milieu scolaire, de septembre à juin. C'est le plus gros poste de l'établissement d'enseignement artistique, financé par la communauté de communes, sur le budget de l'établissement, et soutenu par le département. 
Le concert du 3 juin était animé par Vincent Donnet : direction des chants, Thomas Gruselle : cuivres, Davy Appiano : percussions.
 
Les nombreux spectateurs venus pour le concert (il a fallu faire deux séances) ont pu mesurer les capacités, non seulement musicales, mais aussi d'attention, de concentration, et la créativité dont les enfants, réunis sur la scène, ont fait preuve. Il reste naturellement beaucoup à faire pour tirer le meilleur prolongement de ces initiations musicale. En priorité, il faut optimiser les relations entre
1.-  l'initiation musicale pour tous les enfants; 
2.- l'apprentissage hors temps scolaire choisi par quelques uns, qui doit être de qualité, pour assurer aux élèves les meilleures chances, et structuré pour fidéliser sur un territoire des enseignants compétents;
3.- les pratiques amateurs locales : fanfares, harmonies, groupes rock ou de variétés, petits ensembles (classiques ou jazz) instrumentaux et vocaux, chorales, etc. 
Les mieux placés pour articuler, sur le terrain, ces trois étages sont les musiciens intervenants, pourvu qu'on ne les limite pas à pratiquer dans les écoles primaires, mais qu'on leur permette également d'assurer des cours, notamment d'ensembles dans les établissements, et, lorsque cela est possible, en les incitant à prendre la direction d'un ensemble amateur local. Alors, avec eux, les ponts seront établis et nous pourrons espérer que la circulation se fasse entre tous les musiciens.